Comment désinfecter les locaux ?

199
Partager :

Organiser la désinfection de ses bureaux après l’épidémie de coronavirus

Depuis plusieurs semaines, une grande partie des bâtiments supérieurs ont été évacués par leurs occupants à la suite de mesures de confinement destinées à faire face à l’épidémie de COVID-19. En tant que propriétaire ou gestionnaire, vous devez déjà prévoir le retour des travailleurs pendant la phase d’isolement, qui a été annoncée pour le 11 mai. Par conséquent, il est fortement recommandé de désinfecter les endroits infectés par le coronavirus.

Pourquoi désinfecter vos installations tertiaires dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 ?

Limitation des risques de transmission du coronavirus

COVID-19 est une infection virale hautement contagieuse causée par le nouveau virus SARS-COV-2 qui a été détecté en janvier 2020 en Chine. Le mode de transmission est similaire à celui de la grippe. Le virus est transmis par les voies respiratoires, principalement par des gouttelettes de salive (postillons, éternuements, toux), ainsi que par contact avec des surfaces contaminées  ;

Selon plusieurs études récentes, le coronavirus est en effet capable de survivre dans l’environnement extérieur de quelques heures à plusieurs jours, en fonction du type de surface ainsi que des conditions de température et d’humidité. Cette période peut être prolongée à plusieurs mois si le virus est protégé par une matrice organique (sang, matières fécales) même sèche.

Ainsi, il est possible de contracter la COVID-19 en touchant une surface contaminée (poignées de porte, boutons d’ascenseur, installations sanitaires, etc.), puis en mettant la main sur le visage. Par conséquent, la désinfection des bureaux est nécessaire pour protéger la santé des travailleurs.

Il rassure les employés lors de leur retour au travail

Peur d’une reprise épidémique

La pandémie que nous connaissons actuellement n’est pas seulement un rhume et suscite des inquiétudes légitimes face au nombre croissant de victimes. À la mi-avril 2020, il y a officiellement 1,8 million de cas d’infection dans le monde et plus de 100 000 décès dus à décembre 2019. En France, le SARS-COV-2 a jusqu’à présent infecté près de 100 000 personnes.

Malheureusement, ce solde devra encore être réduit au cours des prochains jours, semaines et mois. En effet, on estime actuellement que seulement 10 à 15 % des Français sont protégés par la COVID-19, grâce aux anticorps développés pour lutter contre la maladie. Un pourcentage de la population est nettement inférieur aux 60 % requis pour assurer l’immunité des troupeaux capables d’arrêter la propagation du virus ; par conséquent, en l’absence de vaccin, il ne faut pas exclure la possibilité d’une deuxième vague épidémique.

La phase de confinement… puis l’isolement

La mise en œuvre des mesures de confinement le 17 mars a renforcé ce climat d’inquiétude. Cette situation sans précédent, parfois difficile au quotidien, a paradoxalement un côté rassurant. La sécurité dans nos maisons et nos appartements nous procure un sentiment relatif de sécurité face aux dangers posés par le monde extérieur. C’est risquer de sortir de la maison.

Le retour à la vie normale tant attendu pourrait donc être une nouvelle source de stress. Après plusieurs semaines de télétravail dans un environnement familial réconfortant, les travailleurs retrouveront le chemin du bureau et des transports en commun. Outre les avantages pour la santé, la désinfection antérieure des locaux a un fort impact psychologique. Garantir aux employés un lieu de travail sain, c’est leur donner la tranquillité d’esprit qui aura un effet positif sur la motivation et leur productivité.

Comment prévenir la propagation du coronavirus dans les bâtiments commerciaux ?

Garantir le respect des mesures préventives

En tant que propriétaire tertiaire ou gestionnaire immobilier, vous devez appliquer certaines mesures de protection pour limiter la propagation du virus dans l’entreprise.

Maintenir l’hygiène des locaux et des équipements en nettoyant régulièrement les surfaces de contact (interrupteurs, équipements informatiques, écrans tactiles, etc.) avec des lingettes désinfectantes. Mise à disposition du personnel solutions hydroalcooliques dans les bureaux, les espaces publics et les installations sanitaires en particulier.

Enfin, rappelez aux travailleurs étiquetés les gestes barrières recommandés par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et le ministère de la Santé :

  • Lavez-vous souvent les mains avec de l’eau et du savon ou avec un gel hydroalcoolique ?
  • Tousser ou éternuer dans le coude ;
  • Utilisation de mouchoirs jetables ;
  • Évitez de vous toucher le visage
  • Respecter des distances sociales d’au moins 1 mètre.

Effectuer la désinfection de la surface dans les locaux

Pour la désinfection des surfaces du coronavirus, l’OMS recommande l’utilisation de désinfectants chimiques à base de chlore tel que l’eau de Javel (hypochlorite de sodium) ou le chloroforme, l’alcool (75 % d’éthanol ou de propanol) ou l’acide peracétique. Ces substances toxiques doivent être traitées avec précaution par des professionnels munis de peignoirs et de gants de protection.

Basée sur une stratégie de lavage-désinfection humide, la procédure se déroule selon un protocole strict :

  • Nettoyer les surfaces à l’aide de lingettes jetables imprégnées de détergent désinfectant ;
  • Rinçage à l’eau du système d’eau potable ;
  • Séchage ;
  • Désinfection avec un produit biocide (bactéricide, viral et fongicide).

Les produits de désinfection utilisés sont chlorés des solutions conformes aux normes européennes et aux normes AFNOR et approuvées pour le contact avec les aliments. Ils détruisent les microorganismes pathogènes responsables de maladies et de mauvaises odeurs : virus, bactéries, moisissures, spores et champignons.

Partager :